Wiki Empire
Advertisement

Les Campagnes d'Afrique Orientale sont une suite de manœuvres militaires dont le but fut de dissoudre les communautés indigènes du Darfur et de Nubie et de récupérer leurs territoires à des fins administratives et économiques. Elles furent mises en œuvre par Dalibor Reha, et furent immédiatement suivies de la Campagne d'Anatolie.

Découpage stratégique

Les Campagnes d'Afrique Orientale contiennent trois campagnes prennant succintement place :

  • La Campagne de Libye

Elle a pour effet de distraire et de rameuter les indigènes en direction du front impérial, mais ainsi d'occuper les ressources des communautés et ainsi de les paralyser, les obligeant à combattre avec toute leur force dès la première bataille, ainsi cette campagne est aussi intimement liée à l'occupation du Darfur et la Campagne de Nubie.

  • La Campagne de Nubie

Elle a pour effet de balayer et de renverser l'attaque indigène provoquée par la campagne antérieure, afin d'engager une percée à travers la totalité de la région nubienne, ainsi détruisant toute résistance et annexant une zone allant de la côte méditerranéenne à Khartoum.

  • La Campagne d'Érythrée

Elle ne vient qu'après les deux premières campagnes, afin de contrôler toute la côte de la Mer Rouge—et de récupérer la région du Tigré et de l'Érythrée, permettant alors une base économique bien plus forte, et un rapprochement au Kongomutapa.

Exécution

La Campagne de Libye

Plan Parure

Dalibor, perpétrant la guerre au nom de l'Empire, requisitionna un général impérial et l'envoya établir une petite milice de volontaires en Libye afin de prêter main forte, en combattant les indigènes avec un matériel défectueux, l'ordre donné au général étant d'ailleurs de ne faire durer la bataille que très courtement, et de partir en retraite en attendant l'arrivée des Forces Alliées Européennes, et donc faire croire à un avantage ennemi.

Le général eût aussi reçu la mission de mobiliser quelques infanteries de réserve afin de se faufiler dans le Darfur, et revenir (à l'aveugle) vers l'est en rejoignant la Mer Rouge et en pillant tout ce qui se trouve sur le chemin pendant que les indigènes poursuivaient la milice populaire en Basse-Égypte.

Carte Blanche

Une fois le plan mis en place, aux armées fut donnée carte blanche, l'effet escompté étant que les troupes se divisent, ce qui se fît succintement, en effet les réservistes, en direction de la Mer Rouge, se scindèrent à travers le désert, permettant à de plus nombreuses richesses d'être acquises par ces derniers—après cela, ils se rejoignèrent sur la côte, mais quelques-uns rattrapèrent les indigènes en course contre la milice populaire en retraite feinte.

La milice populaire, qui, d'ailleurs, n'eut pas étée prévenue, afin d'éviter que certains ne fuient en direction de la Libye et rameutent des indigènes sur le territoire impérial.

La Campagne de Nubie

Front Mobile

Pendant ce temps, Dalibor avait utilisé une flotte personnelle pour conduire les Forces Alliées Européennes à leur destination : Alexandrie, où des chevaux rejoignirent l'infanterie et l'artillerie dans le but seul de les conduire sur le front nubien, où l'artillerie sera placée en ligne devant l'infanterie, et tirera de multiples coup de canons, les obus placés permettant alors une ligne de défense dans le sable : En effet, les boulets gênent le mouvement libre des troupes, un avantage stratégique considérable.

Plan Rapière

Les forces de Dalibor attendront l'arrivée de la milice populaire en retraite, et lanceront un assaut, qui se révèlera décisif, en nul temps, les indigènes furent exterminés, car, pendant que la défense était présente derrière les troupes qui ne laissaient aucun répit à ces derniers, les réservistes qui les suivirent eurent l'initiative de les attaquer par derrière, ce qui fut une réussite critique.

Colonies

Grâce à la reconnaissance des réservistes, le territoire fut vite annexé, et des colonies furent établies le long du Nil, ou du moins, sa partie nubienne, ou un garnison fut établie, avant que Dalibor ne quitte la Nubie pour un nouveau front dont il manifestait l'intérêt.

La Campagne d'Érythrée

Front

Cette dernière campagne fut assez spontanée, car, dans l'idée, elle n'avait nul raison d'exister, or après avoir étudié le terrain, il s'avérait que plus loin se trouvait l'une des sources du Nil, et donc qu'il est extrêmement important de s'en emparer, ainsi des troupes furent placées tout le long de la frontière, les chevaux des précédents chariots de transport utilisés comme monture de cavalerie, et ainsi fut mis en place la conquête d'un tout autre type d'or.

Plan Rhinocéros

Les unités chargèrent tout simplement la zone, massacrant tout sur leur chemin et s'emparant en quelques jours seulement de l'Érythrée et du Tigré, mais cette fois, l'attrition se fît ressentir assez violemment, ce qui eut pour effet d'annuler le plan, qui sera mis de côté au profit de meilleures escouades.

Retour

S'aidant de la garnison de Kassala, les réservistes furent renvoyés en Libye, avec la milice populaire, qui restera en partie en Nubie pour aider les futurs colons et alimenter les différentes garnisons—les Forces Alliées Européennes survivantes suivirent Dalibor le long du Nil, où, à l'aide de convois maritimes, elles furent ramenées au port de Siderno et congédiées pour un long moment.

Et, à la suite de cet évènement, Dalibor se penchera sur la construction de la ligne Reha et des Forts de Morée, avant d'entamer de nouvelles campagnes.

Advertisement